Le mieux pour divorcer en Suisse est de le faire par consentement mutuel !

Quelles que soient vos nationalités, il suffit que l’un d’entre vous réside en suisse pour qu’il vous soit possible de divorcer en Suisse. Or, il faut le savoir, depuis que la Suisse a révisé son droit (en l’an 2000), la procédure a été très amplement simplifiée et allégée, du moins pour les couples à même d’accepter un consentement mutuel. De toute façon, vu que chercher à déterminer lequel des époux est la cause de la désunion du couple n’a plus d’intérêt juridique dans le cadre du divorce suisse, tous les couples ont intérêt à adopter cette solution. D’ailleurs, aujourd’hui en Suisse, quasi tous les divorces sont des divorces par consentement mutuel.

Si toutefois on préférait passer par un avocat pour un divorce à Vaud ou à Genève, divorce.ch en donne une liste
Source : www.divorce.ch

Avantages indéniables du « consentement mutuel »

Il faut dire que cette approche du divorce est avantageuse à tous points de vue et pour tout le monde. Elle est rapide, économique et psychiquement plus légère, notamment parce que les grands points à régler lorsque l’on divorce sont juridiquement très standardisés. Qu’il s’agisse du calcul d’éventuelles pensions, de décider à qui va revenir le domicile des époux, des questions relatives aux enfants s’il y en a (autorité parentale, droits de visite, etc), tout ceci est désormais très normé.

 

Avec le consentement, on peut même divorcer « en ligne »

Pour divorcer, il faut présenter un certain nombre de documents au juge, dont ce qu’on appelle la « convention de divorce suisse » (https://divorce.ch/tout-sur-le-divorce/le-divorce-par-consentement-mutuel). Or grâce au site spécialisé divorce.ch, il est tout à fait possible de remplir ces documents correctement, sans avoir besoin d’un avocat. Coût de l’opération ? CHF 550.00 (plus les droits de greffe).

News Reporter